Jardin "Le clos de la Cornière"

Le journal ...

Vous trouverez ci-dessous, la vie du jardin relatée sous forme de petits récits agrémentée par quelques photos.

Vie du jardin au fil du temps

Ce n'est pourtant pas encore l'hiver mais les premiers flocons ont déjà colonisé le clos de la cornière (et les alentours). Pourvu que le froid persiste encore quelques temps et que la neige soit au rendez-vous. Ce sera un plus pour la destruction de certains parasites et pour apporter un peu d'eau au jardin. 

 


C'est déjà l'automne et, bien que les feuilles mortes se ramassent à la pelle, les couleurs sont magnifiques. En voici quelques exemples


Mars 2017: Les premières fleurs arrivent avec leur cortège d'insectes butineurs. La vie reprend son cours après la période hivernale. Les primulacées ont envahi potager, verger et rocailles. La douceur de cette deuxième semaine de mars stimule tout ce petit monde. Mais attention, le proverbe dit bien qu'en avril, ne te découvre pas d'un fil ... Comme tous les jardiniers, une bonne pluie de plusieurs jours ferait du bien. La vie d'un jardin est ainsi faite, tributaire de la météo et ce qui nuit aux uns fait le bonheur des autres ...

 

Nous sommes déjà fin février 2017 et une petite douceur presque printanière nous incite à attaquer les premiers travaux de jardinage. Pour cette année, nous avons une liste de travaux qui remplie plusieurs feuilles A4. Nous ferons le maximum pour présenter quelques nouveautés à nos futurs visiteurs. Premiers travaux: nettoyer le verger envahi par les restes de la taille des fruitiers et faire un peu de ménage dans la petite forêt. Nous profitons de toutes ces brindilles pour recharger la barrière végétale du composte. Il faut aussi redresser et réparer quelques structures qui ont subit les affres de la météo de novembre décembre 2016. La réfection et le nettoyage  du potager font aussi partie de ces travaux prioritaires. 


L'hiver 2016 / 2017 a été un bon hiver . Même s'il a attendu le début 2017 pour vraiment faire son apparition, un froid relativement intense (vers -10°C) a permis à une petite couche de neige de rester au sol près de 2 semaines d'affilées. Cette petite vague de froid a permis aux plantes et aux arbres de  se reposer, contrairement à ce qui s'est passé lors des deux derniers hivers. Espérons que les saisons suivantes respecteront la tradition...

 

L'automne vient d'arriver après un été chaud et sec, comme celui de 2015. Comme l'an passé, le jardin a de nouveau souffert de la canicule. Même si les épisodes pluvieux étaient plus nombreux en 2016, cela n'a pas empêché certaines plantes de grillées par le haut. Heureusement, la pluie est arrivée au mois de septembre ce qui a limité les dégâts. Cependant, certains arbres ont commencé à perdre leur feuilles avant que celles-ci ne se parent de leurs belles couleurs d'automne, notamment un bel érable qui nous enchantait chaque année. Heureusement, il reste de belles couleurs immortalisées sur le carroussel ci-contre.

Un autre phénomène est arrivé plus tôt que prévu: les gelées matinales. Il est très rare de devoir gratter le pare brise des voitures au mois d'octobre. Mais cette année, c'est autours du 5 octobre que cela a commencé. Canicule plus gelée égale... un jardin mal en point avec des fleurs d'été très vite sèches, des plantes d'automne qui n'ont pas tenues leur promesse, des hostas tout jaunes au 15 octobre et des arbres qui n'avaient pas besoin de ça. Heureusement, il reste quelques plantes et arbustes qui ont résisté à ce mauvais traitement et ce sont quelques images de rescapés que vous trouverez ci-contre. Il faut faire avec la nature et la météo et savoir resté humble devant ces phénomènes que nous ne pouvons que subir. Ce sera sans doute mieux en 2017... Enfin! touchons du bois

 

Le jardin se réveille enfin en ce milieu mai 2016. Malgré un temps frais et pluvieux, la nature redevient vigoureuse. Seules les roses ne sont pas à la hauteur cette année. Il faut dire que l'hiver doux n'a pas permis aux rosiers de se reposer. Certains étaient en bouton à Noël. Rajoutez à ça l'humidité qui dure depuis le mois de mars et vous avez tous les ingrédients pour avoir des fleurs qui se ratatinent et moisissent avant leur ouverture. Pour le reste du jardin, c'est l’opulence. Les couleurs se marient à merveille. Seul inconvénient: tout fleurit trop tôt et le jardin ne sera pas à son apothéose pour les "rendez-vous aux jardins" des 4 et 5 juin. Mais que voulez-vous, nous ne sommes pas maître de la nature... et heureusement !

 

 

Voici le printemps 2016. Les saisons sont toutes bouleversées. Le thermomètre a fait quelques passages sous zéro mais pas suffisamment pour tuer les parasites. Ces gelées ont juste permis de ralentir l'avance prise par la nature. Cependant, il faut vite préparer le jardin pour son ouverture fin mai et surtout, pour la journée des "rendez-vous aux jardins" début juin. Les pluies fréquentes ne font que nous ralentir.

De plus, cet hiver, EDF a demandé à un bûcheron d'élaguer les arbres de notre petite forêt. Ce dernier n'étant pas du tout paysagiste a fait un véritable massacre. Il s'est contenté de tronçonner les malheureux acacias, merisiers, Érables champêtres, chênes, charmilles, griottiers de façon à laisser les 4 mètres de sécurité par rapport à la ligne à haute tension (20 000V). Il a même couper un sapin à 1,5 mètre du sol. Le résultat est tout simplement lamentable. De plus, ils a laissé tous les branchages sur place et en vrac ce qui nous a obliger à tout trier et stocker en tas pour ne pas gêner la sortie des muguets et autres plantes de sous-bois. Afin de ne pas perdre tout ce bois, nous avons fait 3 tris. Les gros morceaux ont été tronçonnés et empilés pour servir de bois de chauffage dans deux ou trois ans. Les branches moyennes ont été passées au broyeur pour servir de paillage à nos massifs. Quant aux petites branches relativement droites, nous nous en sommes servis pour construire un mur naturel autour de notre compost. Evidemment, le temps passé à faire tout ça l'a été au détriment des autres travaux. Maintenant, il faut mettre les bouchées doubles ce qui n'est pas compatible avec le vieillissement naturel des jardiniers. Nous haïssons les bûcherons (tout du moins celui-là).  


Après un été caniculaire, un hiver qui n'en fût pas un. Peu de neige et surtout, pas de froid. Mise à part quelques gelées matinales, le thermomètre n'est guère descendu sous le zéro. Conséquence: des roses qui fleurissent à Noël et des arbres qui bourgeonnent en janvier. Trop d'avance ne présage rien de bon. Que va donner cette année 2016 ?


Quel été !!!!! Que ce fut dur pour le jardin et les jardiniers de passer ces mois de juin, juillet et août 2015. Que de dégâts ! Malgré un arrosage quotidien et très matinal depuis début juin, nous avons enregistré beaucoup de pertes au sein des plantes et des arbres. Les vivaces qui ont résisté ne sont que le pâle reflet de ce qu'elles auraient dû être. Quand aux arbres, grillés par la cime, nous ne savons pas s'il s'en remettrons; L'arrosage intensif et quotidien, souvent réalisé à partir de 4h00 du matin et terminé à 8h00, n'a que limité les dégâts. Il n'a pas empêché le soleil brûlant de griller les feuilles exposées (même pour notre tilleul de l'accueil). En ce début septembre, le sol est jonché de feuilles mortes, comme pour une fin octobre. Les arbres n'ont pas pu passer par leurs belles couleurs de fin d'été. Pour couronner le tout, une tempête s'est abattue sur nos départements ce qui a eu pour effet de casser net certains arbres. Nous avons perdu une grosse branche d'un érable et notre Cercis Canadensis s'est partagé en deux à partir du pied (il ne reste qu'une moitié en terre). Heureusement que notre jardin est protégé par de hautes haies sans quoi, les dégâts auraient été plus importants.  C'est pour toutes ces raisons qu'il y à peu de photos prises en cette période et que nous avons décidé de ne pas ouvrir le jardin en cette fin 2015. Pour nous, c'est une désolation. Nous avons donc entrepris en avance, les préparations pour l'hiver (tailles et nettoyages).  


Et oui! C'est après une période de sommeil hivernal que le site et le jardin se réveillent. Parler de réveil pour le jardin n'est pas vraiment le mot puisque nous avions encore des roses en bouton début janvier. Que va devenir cette végétation qui n'a pas assez dormi ?  Deux semaines de chaleur et un retour de la pluie, il n'en fallait pas plus pour que, en cette fin d'avril, le jardin retrouve ses belles couleurs vertes et ses premières fleurs. Annuelles de printemps, arbres d'ornement et arbres fruitiers se montre sous leurs plus beaux atours. Les Grenouilles reprennent leurs activités. 

 

L'automne arrive avec son cortège de couleurs, de brumes, de matinées fraîches mais aussi avec un soleil qui nous a manqué cet été. Hélas, ce dernier n'est plus aussi chaud ... mais que c'est beau et que c'est bon quand même! Le seul avantage de cet été pourri, c'est que nous n'avons même pas installé l'arrosage automatique.

 

Dis! c'est quand l'été?... Ce mois de juillet 2014 ressemblait plus à un mois d'automne qu'à un mois d'été avec seulement 4 jours de plein soleil. Un ciel très souvent couvert ou orageux avec beaucoup d'eau. Nous avons relevé jusqu'à 55 mm d'eau en un week-end. Evidemment, les travaux du jardin s'en sont ressenti. La taille des haies à pris du retard ainsi que la taille des rosiers. Seules les limaces et autres gastéropodes se sont régalés avec nos courgettes, salades et quelques dahlias qui ne verront jamais le jour. Espérons que d'ici fin août, tout ceci ne sera plus qu'un mauvais souvenir.

 

Nous voici déjà fin juin et le jardin de cette fin de printemps 2014 fût particulièrement coloré. Les roses notamment ont été à la hauteur de nos espérances. Certes, certains rosiers ont eu quelques problèmes au niveau du feuillage suite à l'alternance de chaud et de froid de ce début d'année mais les fleurs étaient là, avec leur beauté et leur parfum (pour certaines).

Ce mois de juin a vu aussi des étapes dans le développement du machaon, beau papillon de nos contrées (voir la rubrique "la faune").

Le jardin va commencer sa floraison d'été avec principalement celles des hydrangéas (ou hotensias). 


En ce matin du 29 mai, le levé du soleil et l'humidité restante des dernières pluies nous ont offert de belles images. En voici quelques exemplaires.

 

Ce mois de mai tient toutes ces promesses. Le jardin est de nouveau éclatant de couleurs. Même si les roses sont arrivées avec près de 3 semaines d'avance, il en reste suffisamment, en cette fin mai, pour donner un bel éclat au jardin. C'est à travers ces quelques photos que l'on peut avoir une idée de ce feu d'artifice de couleurs.  

 

Le printemps arrive à grand pas et même s'il n'y a pas eu d'hiver proprement dit, la nature se réveille vite... trop vite à notre goût. Ci contre, quelques photos des premières couleurs printanières. 

 

Un hiver qui n'en est pas un mais qui n'en finit pas, avec son cortège de pluies abondantes accompagnées d'une douceur anormale. Seuls deux jours de neige en novembre auraient pu faire penser que nous étions en hiver. Hélas, ces chutes de neige, arrivées alors que les feuilles n'étaient pas encore tombées, ont causé de nombreux dégâts sur les arbres à cause d'un surpoids (branches et troncs cassés). Cette météo décevante nous empêche d'avancer ou de terminer les travaux prévus. Le sol détrempé nous interdit l'accès au jardin. Seuls quelques jours d'une fraîcheur sèche nous ont permis de faire un peu de taille de branche, notamment sur le sapin supportant le rosier Paul's himalayan musk et de tailler les départs fous de ce dernier. Nous avons pu faire aussi du nettoyage chez Mozard, un de nos rosiers arbustes. Impossible de faire mieux pour l'instant sans risquer de transformer nos allées en champs de bataille. Vivement le printemps, si ce dernier veut bien respecter la tradition de soleil et de douceur !

 

Enfin de belles couleurs en ce mois d'octobre 2013. Le froid a fait une brève apparition mais la douceur est très vite revenue. La nature reste donc plus longtemps avec ces parures d'automne, comme une robe de chambre avant d'aller rejoindre le lit de l'hiver.


Septembre 2013: Une arrière saison encore chaude mais hélas humide. Les couleurs commencent à changer lentement.

 

 

 

Quelques photos prises en ce mois de juin alors que les rosiers étaient à leur apogée.

 

Enfin de la gaieté en ce milieu de juin. Le soleil qui a fait un retour en force, a fait explosé la végétation en un feu d'artifice de couleurs chatoyantes. Les rosiers se sont parés de leurs plus belles fleurs et les clématites, sur leurs longues tiges, font une haie d'honneur au visiteurs de passage. Le déplacement d'un tas de bois nous a permis de découvrir un "Dudule", surnom donné  à un magnifique crapeau, ami des jardiniers car grand dévoreur de limaces.


Une jeune artiste est passée au jardin et nous a offert quelques croquis de scènes prises sur le vif. Merci pour ces moments immortalisés.

 

Ce début juin commence sous de meilleurs hospices. En effet, le soleil et la chaleur sont de retour. Avec le retour d'un temps de saison, la nature reprend de la vigueur et essaie de combler les semaines de retard accumulées depuis la fin de cet hiver qui n'en finissait pas. Mais où était donc passé le printemps ? Les roses commencent à fleurir et le jardin reprend des couleurs. Il était temps !

 


 

Quelques fleurs de ce mois de juin 2013

 

 

 

Nous sommes à la fin du mois d'avril et l'hiver semble toujours présent et ce, malgré quelques jours de bonne chaleur. Les travaux n'avancent pas ou trop lentement. La nature à pris beaucoup de retard. Nous avons pu cependant faire quelques images de cette nature qui se réveille après son long sommeil hivernal. Vivement le vrai printemps en espérant que celui-ci n'arrive pas au mois de juin.

 

L'hiver est de nouveau là, avec son blanc manteau, en ce début d'année 2013. Il faut dire que le froid à mis longtemps pour arriver et la crainte d'un hiver trop doux se faisait sentir. Le jardin a besoin de se reposer et comme nous, le coucher tard ne présage rien de bon. Mais le voilà bien a l’abri sous la neige, prêt pour se réveiller au printemps.

 


 

Octobre est là ! Le soleil est souvent présent mais la nature sent le froid hivernal s'approcher à grand pas. Il faut se revêtir de ces plus beaux atours pour la parade nuptiale avant le grand sommeil hivernal.

 

 

Déjà septembre, ni l'automne mais plus l'été. La chaleur reste agréable mais le jardin sombre petit à petit vers son sommeil hivernal. Certaines fleurs ont disparues, d'autre se parent de leurs plus belles couleurs. Les arbres ont encore leur couleurs d'été mais pour combien de temps ?

 

 

 

 

Voici l'été! Juillet et ses alternances de pluie et de chaleur a permis de conserver une flore luxuriante. Hélas, l'épisode de semi canicule du début août a fait quelques dégâts à commencer par les rosiers qui présentent quelques taches disgracieuses au niveau de leur feuillage. L'entretien du jardin devient donc une tâche ardue et délicate si nous voulons lui conserver un aspect présentable.

 

 

 

 

Le mois de juin a tenu toutes ces promesses et les pluies abondantes de ce début de mois, qui ont quelque peu fait couler les roses, ont rendu toute la verdure et les belles couleurs de nos vivaces. Tous les rosiers sont repartis et même si certains ne sont pas aussi volumineux que l'an passé, tous ont apporté leur touche de couleur et de parfum.

 

Nous voilà déjà au mois de mai avec toutes ces promesses mais aussi avec quelques déceptions. L'hiver rude qui a sévi sur la région a laissé quelques stigmates. De nombreux rosiers ont souffert des -19°C du mois de février. Nous espérons que ces derniers relèveront la tête pour se parer de leurs plus beaux atours. A constater aussi, cette année, la présence de gros champignons !

 

Le mois de mars annonce le retour des beaux jours et l'éclosion des premiers bourgeons et fleurs de printemps. Les deux premiers mois de l'année ont fait craindre une sécheresse mais la pluie est de retour en ce début avril. Cela ne fait pas avancer les travaux mais qu'à cela ne tienne, l'eau est source de vie.

 

C'est l'hiver 2011 et la neige et le gel endorment le jardin. Le mois de janvier 2012 est particulièrement froid. Pourvu que rien ne périsse !

 

 

 

L'automne 2011 est là et le mois d'octobre fait retrouver ces belles couleurs chaudes, au jardin qui se prépare à rentrer dans l'hiver. 

 

 

 

 

 

Quelques effets de lumière de nuit comme de jour.

 

 

 

 

 Le jardin en Août et septembre 2011. Les pluies de cet été lui ont redonné des couleurs et surtout, de la verdure

 

 

 

 

Vues juin et Juillet 2011

 

 

 

 

 

 

Vues  mai 2011

 

 

 

 

 

Le jardin tel qu'il était en avril 2011 ...

 

 

 

 

Ces photos ont été prises en 2009, avant que nous ne décidions d'entreprendre des modifications de structures et d'aménagements.